top of page
Aude Borromee-6.jpg

BIOGRAPHIE

Née en 1975 Aude Borromée est sculptrice, peintre et architecte designer. Tout d'abord cavalière d’obstacles (se forme avec un écuyer en chef du cadre noir de Saumur) elle s’oriente vers des études de marketing en France avec un master à Memphis (USA). De l'équitation, elle conserve les valeurs d'authenticité, d'implication et de dépassement physique.

 

En 2003, après cinq ans en entreprise à Boston (Sodexho USA) et à Paris (Pechiney…) elle s'oriente vers un métier où elle peut se confronter à la matière et créer. Elle suit des cours de dessin à l'école Boulle à Paris puis des études d’architecture à l’école de Paris la Villette. Architecte indépendante dès 2009, elle construit, aménage des espaces intérieurs et conçoit du mobilier qui sont à la frontière entre architecture, scénographie et installation plastique. Ses réalisations sont déjà conçues comme des tableaux en volume et à partir de 2014 la dimension picturale puis sculpturale s’affirme et se développe.

  

Parmi ses projets elle :

- Expose un polyptyque de 11m à la galerie Mercier & Associés à Paris

- Est invitée à une exposition collective par Clément Sauvoy à Montreuil (usine Chapal)

- Participe au salon Réalités nouvelles, à Mac2000 Paris et aux Estivales de la ville de Sceaux

- Et ses œuvres sont visibles chez Louis Vuitton à Orlando (USA) et à Daejon (Corée du Sud)

DÉMARCHE ARTISTIQUE

Être un corps, donner du corps.

Mes sculptures organiques suggèrent et questionnent l’interaction entre l’Homme et son milieu. Leurs formes hybrides aux textures charnelles ou géologiques donnent du corps à notre environnement en tant qu’organe vivant, presque humain. Les œuvres ne véhiculent pas de message frontal mais provoquent le dialogue, sensibilisent et interrogent sur ce lien parfois rompu ou ignoré.

Ma démarche part d’un besoin intime de mettre mon corps en mouvement et de rencontrer physiquement la matière pour créer des «corps environnementaux» qui témoignent de mémoires enfouies ou imaginaires en relation avec notre espace vital ; le paysage, la nature ou l’architecture. Ils sont empreints de ce qui a marqué mon parcours de vie et du lien ténu que j’ai eu avec les éléments qui nous entourent, que se soit dans les métiers que j’ai pratiqués (cavalière d’obstacle, architecte) ou ce à quoi je me suis intuitivement reliée pour me sentir vivante (par exemple la marche en très haute montagne, la confrontation aux éléments, au silence).

 

Ces pièces abstraites, colorées, souples et rigides à la fois allient métal, couleur et cordage. Je modèle du grillage à poule, le pigmente ou le laque et interviens sur la maille pour fabriquer une peau plus ou moins dense et parfois la recouvrir. Avec l’introduction de la corde je fais dialoguer et interagir fils d’acier et textiles en confrontant les géométries, textures et nuances. La corde fine, colorée est tendue, tressée ou nouée sur la grille. Elle prolifère, entrave, gangrène ou reconstruit comme une greffe. Les matériaux d’origine sont ainsi détournés, transformés et anoblis.

 

En regard de mon approche en 3D je crée des empreintes sur toile où je retravaille le corps sculptural existant. J’enveloppe la sculpture dans une toile et dessine au toucher ses contours, reliefs puis finalise l’ébauche tout en préservant la morphologie du volume. La nouvelle œuvre constitue une mémoire du contact où présence et absence cohabitent.

 

Dans mon travail je recherche la confrontation immédiate avec la matière, la présence physique et l’inconnu. En dépassant une blessure je crée une interface qui invite le spectateur à une représentation hors normes de notre environnement.

bottom of page